antenne zoologie, animaux, vulgarisation scientifique, instagram

Antenne Zoologie, un média pour les amoureux des animaux

Antenne Zoologie, des informations originales sur les animaux

 

antenne zoologie, animaux, vulgarisation scientifique, instagram
© Raphaël Lambert

Aujourd’hui, j’ai envie de vous présenter le média Antenne Zoologie. Créé par Raphaël Lambert, avec qui j’ai eu la chance de travailler quand j’étais médiatrice scientifique chez Cap Sciences, ce compte offre des informations originales et très pertinentes sur les animaux.

Commencé d’abord sur YouTube, Antenne Zoologie s’est finalement très bien épanouie sur le réseau social Instagram. Je suis moi-même une fervente abonnée de ce compte, dont je relaie souvent certains posts d’intérêt. Mais, ce n’est pas moi qui vais vous en parler aujourd’hui. Je laisse la parole à Raphaël, le créateur, qui nous présentera son « bébé » virtuel…

Pourquoi faut-il s’abonner à ce compte ?

 

Raphaël Lambert, d’abord un passionné d’animaux

Un biologiste…

Raphaël Lambert est originaire de la région bordelaise. Depuis toujours, il est passionné par les animaux et la nature et il a toujours voulu travailler dans ce domaine-là, sans avoir vraiment d’idées précises. Plutôt biologiste ? Plutôt soigneur animalier ? Autre chose ?

Dans cette idée, il s’est lancé dans un master en écologie. Il a réalisé 5 ans d’étude en biologie, puis a choisi un service civique qui l’a mené vers la sensibilisation, l’échange et le partage auprès du grand public. En parallèle, Raphaël était (et est toujours) un consommateur de comptes et de vidéos de vulgarisation scientifique. Des initiatives qui lui plaisent beaucoup et qu’il a voulu lui-même investir…

 

… Investi dans la communication scientifique

Le fait de créer son propre média, même à toute petite échelle, donne à Raphaël la possibilité de partager des informations comme il le souhaite. C’est pour lui un bon complément aux autres métiers et missions qu’il réalise à côté.

S’investir dans la communication scientifique est également un moyen pour Raphaël de partager sa passion. Il peut parler de ce qu’il aime, de ce qui l’anime au quotidien. Ses sujets de prédilection sont donc les animaux, nos relations avec eux, les actions de protection… C’est une autre manière de parler avec d’autres publics, qui ne sont pas forcément les mêmes que l’on va trouver dans un musée, un zoo ou d’autres lieux d’animation.

Son choix de communication scientifique s’est porté sur Internet et les réseaux sociaux. En effet, ces outils permettent de toucher des publics qui ne vont pas forcément dans les musées.

 

Antenne Zoologie, un compte pour parler d’animaux de manière décalée

Antenne Zoo : de YouTube aux réseaux sociaux

antenne zoologie, animaux, vulgarisation scientifique, instagram
© Pixabay.

Au départ, Antenne Zoologie était surtout une chaîne YouTube. Elle avait pour but de parler d’espèces en lien avec la pop culture (les comics, Disney, Pokémon…). L’intérêt était d’utiliser cet angle pour parler d’une espèce et des dangers qui peuvent peser sur elle.

Cependant, Raphaël a fini par changer d’idée, en particulier au vu du temps que la création de vidéos demande. Il a donc décidé de créer un média plus élargi. Antenne Zoologie investit alors surtout les réseaux Facebook et Instagram. Raphaël y propose des sujets plus variés, avec des posts qui prennent moins de temps à créer et qui permettent de rebondir sur l’actualité.

 

Les réseaux sociaux, des outils qui permettent de toucher des personnes différentes

Grâce à ces nouveaux outils, comme les réseaux sociaux, il est plus facile pour Raphaël d’interagir avec d’autres personnes qui, comme lui, font de la vulgarisation scientifique et de la sensibilisation. Cela permet vraiment de discuter et de faire émerger des projets.

Les réseaux sociaux aident à toucher et discuter avec des personnes qu’on ne connaît pas du tout. Et surtout, cela peut aider à toucher d’autres publics. C’est ainsi un bon moyen de contacter des lieux de sciences pour aller les rencontrer et faire des sortes de reportages. On peut découvrir de nouvelles structures, apprendre de nouvelles connaissances, parler de différentes façons de faire et partager les sciences…

 

Des animaux sur les réseaux sociaux

antenne zoologie, animaux, vulgarisation scientifique, instagram
© Pixabay.

Parler d’animaux était une évidence pour Raphaël. C’est en effet un sujet qui le passionne depuis qu’il est tout petit. Il a pu collectionner et dévorer des documentaires par dizaine, tout en tannant ses parents pour aller dans les zoos, les museums, les ateliers d’oiseaux…

Au-delà du sujet des animaux, Antenne Zoologie est une bonne manière de parler des écosystèmes de la nature en utilisant des représentants très connus. Les animaux sont partout dans notre imaginaire : dessins, animés, marques, symboles… Tout le monde développe une certaine relation aux animaux. Ils peuvent émerveiller, effrayer…  C’est donc très intéressant d’étudier cette relation et de comprendre ce qu’elle dit de nous.

 

Antenne Zoologie, d’abord un vrai plaisir

Antenne Zoologie, c’est d’abord des moments de plaisirs pour Raphaël, qu’il réalise sur son temps personnel. Il n’en vit pas et cela lui permet d’apprécier d’autant plus ce projet, car il n’a pas cette pression de devoir absolument être rentable.

À côté, il mène donc une autre activité, quand même toujours en lien avec les sciences et les animaux. Actuellement, il est ainsi responsable de pédagogie dans un parc animalier. Cela lui permet de toucher le public sur la sensibilisation à la nature, via des animations, des événements, des activités scolaires… C’est un travail qui le passionne !

Finalement, Antenne Zoologie c’est son espace personnel. Son média à lui qui lui permet de discuter de ce qu’il veut. Quant à la possibilité d’en vivre, il faudrait vraiment que les projets concernés deviennent très importants. Malgré tout, outre le risque financier d’une telle aventure, il a également peur de perdre du plaisir.

 

La communication scientifique, des métiers de rencontres passionnants

Des passeurs de sciences, animés par le partage

La communication scientifique comporte de nombreux métiers. Mais tous, comme les missions de Raphaël ont des caractéristiques communes. Ce sont des vocations de passeurs de sciences, des actions qui passionnent. C’est vraiment ce qui anime Raphaël. Il peut parler de ce qui le passionne à longueur de journée. Il se sent un peu comme un « traducteur » : il emmagasine ainsi des informations sur les animaux ou les sciences naturelles et se les approprie. Cela lui permet ensuite de partager à d’autres personnes et donc de raconter ce qu’il a compris, mais d’autres manières.

Ce sont aussi des métiers de rencontre. Raphaël apprécie de pouvoir rencontrer différentes personnalités, tant chez les publics, que chez les collègues. Qu’il s’agisse de vulgarisateurs, d’animateurs, de médiateurs… Raphaël est toujours émerveillé par les connaissances dont ils font preuve.

En revanche, ces métiers comportent aussi plusieurs contraintes. En effet, il faut toujours faire face à un certain manque de moyens. C’est aussi parfois compliqué de se rendre compte que certaines personnes partent de rien. Elles connaissent en effet un manque de sensibilisation ou alors, elles ont été abreuvées de fausses informations, même parfois via des canaux officiels.

 

Ne pas hésitez à se lancer !

Pour autant, il ne faut pas se laisser décourager par ces potentielles difficultés. Au contraire, si l’on ressent l’envie de se lancer dans la communication scientifique, Raphaël l’affirme, il ne faut pas hésiter !

Cependant, cela demande quand même un peu de préparation. C’est en effet intéressant de se former en amont ou de se passionner pour les aspects pratiques et techniques. Choses que Raphaël n’a pas forcément le temps d’approfondir, car il a préféré accorder de l’importance au fond par rapport à la forme. Or, aujourd’hui, il y a eu énormément d’évolutions techniques, en particulier dans la vidéo. Connaître les aspects techniques des médias utilisés aideront à toucher plus de personnes. Les contenus seront en effet plus « pro’s » et donc auront plus de chances d’être relayés.

La technique ne fait quand même pas tout et la créativité a aussi un beau rôle à jouer ! Il ne faut donc pas hésiter à tenter de nouvelles choses, ne pas avoir peur de se rendre compte qu’un sujet « rate », ne touche pas sa cible ou a un peu moins de visibilité. On ne sait pas toujours d’avance ce qui marche ou pas.

Il faut également rester vigilant et ne pas céder à la tentation de relayer trop rapidement une information, sans vérification. C’est en effet dans ce genre de cas que l’on risque de diffuser des « fake news ». Vérifier ses sources et croiser les informations est donc essentiel ! On sera ainsi sûr de ce qu’on avance et on évitera de tomber dans le sensationnalisme.

 

Encore un bel avenir pour Antenne Zoologie

Le compte a encore de beaux jours devant lui, car Raphaël a plein de projets !

En octobre, il est revenu d’un mois de voyage à Madagascar où il avait pu y faire, il y a 10 ans, son stage de master. Il est donc revenu avec beaucoup de matériel et de contenus qu’il va lui falloir maintenant travailler.

Il a également lancé une série sur les différentes espèces de loutres sur Instagram, qu’il lui faut finaliser. Raphaël souhaiterait également trouver plus de temps et les moyens techniques pour investir plus longuement les Reels et reprendre ce qu’il avait commencé sur YouTube…

animaux, vulgarisation scientifique, instagram
© Pixabay.

 

Vous ne suivez pas encore Antenne Zoologie ? C’est le moment !

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire