camille van belle, les oubliés de la science, bd, sciences, dessin

Camille Van Belle : les sciences en dessins

Camille Van Belle ou la transmission des sciences par le dessin et la BD

 

camille van belle, les oubliés de la science, bd, sciences, dessin

Connaissez-vous Camille Van Belle ? Si non, il faut vite y remédier ! J’ai eu la chance de discuter avec elle et c’était vraiment passionnant ! Nous avions déjà parlé de l’intérêt de partager les sciences à travers le dessin. Avec Camille, nous avons un véritable exemple concret de l’importance de ce format !

Grâce à cela, elle a pu mener à bien une super BD, dont nous parlerons bientôt, sur les oubliés de la science. Plus particulièrement, elle s’implique pour la reconnaissance des femmes en sciences. Une mission d’importance !

Bref, une femme de la communication scientifique à ne pas rater et à suivre !

Pourquoi dessiner pour transmettre les sciences ?

 

Des sciences au journalisme scientifique : il n’y a qu’un pas ?

D’abord une envie de recherche…

L’arrivée de Camille Van Belle dans la communication scientifique n’était pas prévue du tout. À la base, elle souhaite faire des sciences et de la recherche. Elle s’est donc lancée dans des études de médecine, pour faire de la recherche ensuite. Finalement, elle s’intéresse plutôt pour une licence de biologie et un master de biologie moléculaire et cellulaire, avec une spécialité immunologie.

L’immunologie est un sujet qui lui plaît beaucoup ! C’est plutôt concret (les p’tits éclaireurs qui préviennent les p’tits soldats qui dévorent les intrus…). En revanche, le master est très, très dur, en particulier à cause des nombreuses cascades de molécules qui font tout et son contraire… Et qu’il faut bien sûr connaître par cœur !

Camille n’est pas dans les meilleures de sa classe, mais peu importe : elle est en master de sciences, elle, que ses profs ne voyaient même pas passer en 1ère scientifique ! Son master en poche, elle ne se voit pas faire une thèse. Cela voudrait dire d’étudier un même sujet, de manière très pointue, pendant plusieurs années. Or, Camille préfère la diversité.

camille van belle, les oubliés de la science, bd, sciences, dessin
Crédits : Il était une fois la vie.

 

Pour finalement se lancer dans le journalisme scientifique !

C’est finalement dans ce moment de transition, que Camille Van Belle découvre le journalisme scientifique. Après quelques recherches, son regard s’arrête sur l’École Supérieure de Journalisme de Lille, l’ESJ. L’une des meilleures écoles de journalisme de France, qui offre un parcours spécial pour les journalistes scientifiques, avec notamment des formations à l’écrit.

Ils sont 45 à postuler, Camille fait partie des 15 retenus et se révèle vite très douée. Elle fait plusieurs stages à Science et Vie Junior, au Figaro Santé ou encore au Quotidien du Médecin.

 

Pour Camille Van Belle, transmettre les savoirs, c’est une façon de lire le monde

Pour Camille Van Belle, la transmission des savoirs est très importante. C’est en effet une façon d’offrir une certaine lecture du monde. Par contre, ça ne s’improvise pas. Pour une communication scientifique bien faite, il faut de vrai.e.s communicant.e.s (par exemple des journalistes scientifiques) qui transmettent les bonnes informations, bien vulgarisées.

C’est particulièrement vrai pour tout ce qui touche à la santé, comme on a pu le voir avec le Covid. Il faut vraiment que les personnes trouvent les bonnes informations ! Il y a en effet énormément de « fake news » qui circulent sur les sujets santé. Le rôle des communicant.e.s est donc d’apprendre aux publics à faire le tri entre un contenu douteux et de vraies infos.

Cette « formation à l’information », il est important de la faire le plus jeune possible. Ce serait bien qu’à l’école, il y ait des cours normaux de méthodes scientifiques.

 

L’illustration pour transmettre les sciences

Le métier d’illustrateur, de quoi s’agit-il ?

Ce parcours d’illustratrice, ce n’était pas non plus prévu pour Camille Van Belle. C’est une opportunité qui est arrivée avec Science et Vie Junior. Camille a en effet appris le dessin par elle-même, sans suivre de formation. Les professeurs de l’école de journalisme trouvaient ses dessins intéressants. Ils pourraient être utiles… Ils avaient bien raison !

Pendant son stage au Figaro Santé, Camille a pu réaliser une petite BD pour expliquer la PMA (Procréation Médicalement Assistée). De l’information facile à comprendre et centrée sur la technique, pour permettre aux personnes de débattre en sachant de quoi elles parlent.

Puis, c’est à Science et Vie Junior que l’aventure se poursuit ! Alors qu’elle écrit des articles pour eux, une page se libère dans le journal. Les responsables souhaitent la dédier à une bd sur les scientifiques oubliés. Un mois, une femme, un mois un homme. Ce projet a permis à Camille d’apprendre à travailler sur une tablette graphique. Elle choisit son oubliée, une physicienne, fait ses recherches et dessine un prototype. Ce dernier a plu et depuis… Ça ne s’arrête plus ! Cela fait maintenant 6 ans que Camille publie une planche par mois dans SVJ. Un projet qui l’oblige à produire rapidement avec une deadline.

C’est comme ça qu’elle est devenue illustratrice !

camille van belle, les oubliés de la science, bd, sciences, dessin
Crédits : Pixabay.

 

Le dessin, un puissant moyen de communiquer les sciences

Dans la plupart de ses expériences, Camille a bien pu voir l’importance du dessin dans la communication des sciences. C’était déjà vrai en master, où elle s’est rendu compte de l’importance du schéma… Un dessin est plus simple à comprendre et à faire comprendre que de longues explications, avec plusieurs phrases.

En outre, les illustrations permettent de faire passer beaucoup d’humour, de gags… Cela rend les savoirs moins abstraits et plus clairs. Par exemple, pour expliquer le concept du spin des électrons, elle avait utilisé des danseuses qui tournent sur elles-mêmes.

Grâce à cela, on retient et on comprend mieux les concepts. De plus, le dessin permet de faire des métaphores sympathiques. Il attire l’œil et donne envie d’en savoir plus.

 

Un média qui s’adapte à chacun

L’illustration scientifique est un vrai métier passion pour Camille Van Belle. C’est simple, rien ne lui déplaît et elle arrive à s’affranchir de nombreuses contraintes. Par exemple, elle n’a jamais aimé dessiner des décors. Par chance, elle n’en a pas besoin puisque l’idée de la vulgarisation scientifique c’est d’être le plus clair possible. Donc, parfois, la simplicité est vraiment la clé !

Son objectif est de faire comprendre à la première lecture, au premier coup d’œil. Camille n’a pas besoin de passer des heures sur un dessin. C’est d’ailleurs quelque chose qu’elle n’apprécie pas tellement. Ce qui lui plaît, c’est que son travail aille vite et que ce soit drôle !

C’est sûr, il y a des aspects de son travail qui sont plus fastidieux. Comme les recherches, qui sont longues et demandent beaucoup de concentration. Comme elle ne veut pas faire d’erreurs, elle va donc passer beaucoup de temps à « fact checker » les informations.

 

La très belle BD de Camille Van Belle

Redonner leur place aux oublié.e.s des sciences

Tout ce travail a aussi abouti à une belle réussite : sa BD des « Oubliés de la Science ».

Après le rachat de Science et Vie Junior, il a été proposé à Camille de réaliser une BD à partir des planches des « oubliés des sciences » qu’elle réalisait pour eux depuis plusieurs années déjà. Ce sont en effet les 5 premières années de ses réalisations qui sont regroupées dans cet ouvrage. Les planches existaient donc déjà et le seul contenu que Camille a réellement dû créer sont les portraits et les fiches. Cela lui a donc demandé de retourner dans ses recherches, ce qui était gratifiant puisqu’elle a pu en dire plus que dans ses BDs habituelles.

Trouver un éditeur ne fut pas si aisé, car la plupart des maisons d’édition préfère partir de rien. Finalement, celle qui a accepté le projet à laissé Camille très libre pour la formulation et les idées.

Dans son livre, il y a plus de femmes « oubliées » que d’hommes. Ce n’était pas la volonté de départ, où Camille cherchait plutôt la mixité. Cependant, elle s’est aperçue que c’était finalement beaucoup plus difficile de trouver un homme « oublié ». Pour les femmes, surtout avant les années 60, c’était presque une norme. Camille a notamment découvert beaucoup de physiciennes et d’astrophysiciennes. En effet, à la base les femmes étaient engagées dans ces domaines pour être des « calculatrices ». Elles devaient alors réaliser des calculs fastidieux, qu’on pensait à l’époque « adapté au cerveau des femmes ».

 

Une BD qui plaît beaucoup !

Lorsque le livre est sorti, il a suscité beaucoup d’intérêt. Plusieurs médias en ont parlé, comme le Figaro ou le Monde. Camille a pu être interviewée par Arte, par RFI ou encore par RTS (Radio-Télé Suisse). Une vraie reconnaissance, bien méritée !

Les dédicaces attirent du monde, même des personnes qui ne connaissent pas la BD en amont. En effet, elles sont attirées par la couverture et veulent en savoir plus, même sans s’intéresser aux sciences. Le graal pour une vulgarisatrice !

En outre, beaucoup d’enseignants s’intéressent aussi à cet ouvrage et on demande parfois à Camille de réaliser des interventions dans les écoles.

 

Un conseil de Camille Van Belle pour vous : n’hésitez plus, lancez-vous !

Comme beaucoup de communicant.e.s scientifiques avant elle, Camille a le même message : si vous voulez communiquer les sciences, n’hésitez plus !

Il faut sortir de cette idée qu’on est soit « matheux », soit « littéraire ». Si on le souhaite, on peut être les deux ! Et ce n’est pas grave si on n’a rien écrit depuis la primaire, si on a envie, on peut se révéler !

Pour ce qui est des formations, renseignez-vous et n’hésitez pas à choisir celle qui vous offrira de bonnes opportunités dans les stages et dans le réseau. Et, si vous le pouvez, dans vos réalisations, tentez de mélanger plusieurs disciplines, plusieurs idées, plusieurs cordes… Cela vous aidera à trouver votre style !

camille van belle, les oubliés de la science, bd, sciences, dessin
Crédits : Pixabay.

 

Quelles suites pour Camille Van Belle ?

Pour le moment, Camille continue de réaliser des planches pour Science et Vie Junior. Ces dernières se déclinent parfois en plusieurs épisodes pour avoir le temps de transmettre plus d’informations.

Avec toutes ces nouvelles planches, il y aura donc peut-être un tome 2 dans 2 ou 3 ans ?

Camille a également un appel pour vous ! Si vous connaissez des scientifiques oublié.e.s, n’hésitez pas à lui partager pour qu’elle puisse les faire connaître !

 

Vous connaissez Camille Van Belle ? Que pensez-vous du dessin pour partager les sciences ?

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire